Pierre-Alain Chambaz

Ces deux effets combinés, et singulièrement le dernier, contribuent incontestablement à affaiblir la réflexion et l’analyse intellectuelle des dirigeants et des managers, pourtant tellement indispensable dans notre monde du business, si complexe, incertain et même violent. Je savois que les langues qu’on y apprend sont nécessaires pour l’intelligence des livres anciens ; que la gentillesse des fables réveille l’esprit ; que les actions mémorables des histoires le relèvent, et qu’étant lues avec discrétion elles aident à former le jugement ; que la lecture de tous les bons livres est comme une conversation avec les plus honnêtes gens des siècles passés, qui en ont été les auteurs, et même une conversation étudiée en laquelle ils ne nous découvrent que les meilleures de leurs pensées ; que l’éloquence a des forces et des beautés incomparables ; que la poésie a des Et voici, à mon avis, le journal français de demain : Une gazette de deux pages, d’un papier souple et solide ; dont la première, imprimée, porterait au recto les indispensables calomnies quotidiennes et, au verso, quelques démarquages de télégrammes anglais ou américains ; et dont la deuxième, toute blanche, avec initiale au gré de l’acheteur, servirait de mouchoir pour l’adulte ou de lange pour le nouveau-né. Le problème est connu depuis longtemps des organisations syndicales. Les successeurs de Numa n’osèrent point faire ce que ce prince n’avait point fait : le peuple, qui avait beaucoup perdu de sa férocité et de sa rudesse, était devenu capable d’une plus grande discipline. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Voltaire, »Le meilleur gouvernement est celui où il y a le moins d’hommes inutiles ». On peut ne nous en montrer qu’une, pourvu qu’on soit sûr que nous pensons à l’autre. Ce serait ne pas voir que, seule, la méthode dont nous parlons permet de dépasser l’idéalisme aussi bien que le réalisme, d’affirmer l’existence d’objets inférieurs et supérieurs à nous, quoique cependant, en un certain sens, intérieurs à nous, de les faire coexister ensemble sans difficulté, de dissiper progressivement les obscurités que l’analyse accumule autour des grands problèmes. Ils s’en montreront dignes, à leur façon ; n’en doutons pas. Les perspectives offertes par les biotechnologies végétales, en particulier par la transgénèse, sont prometteuses. Et avant de s’émouvoir d’un Brexit, prenons déjà la mesure du demi-engagement britannique et des multiples dérogations qui le caractérisent. Ces solutions reposent sur une évaluation transparente de l’empreinte carbone des projets et investissements. Aussi ne faut-il pas s’étonner si les mêmes penseurs qui considèrent tout mouvement particulier comme relatif traitent de la totalité des mouvements comme d’un absolu. Contrairement à ce que l’on pense souvent, il ne s’agit pas d’une simple question de doctrine. Je ne vis qu’elle était belle…qu’en sortant des grands bois sourds… Ma conscience me donne la sensation intérieure d’un fait simple, car en A était le repos, en B est le repos encore, et entre A et B se place un acte indivisible ou tout au moins indivisé, passage du repos au repos, qui est le mouvement même. La critique philosophique doit faire autant que possible le départ de l’abstraction artificielle et de l’abstraction rationnelle, en se fondant sur des inductions et des probabilités : or, comme nous l’avons encore expliqué plus haut, il est de l’essence de la probabilité philosophique de se prêter à des altérations ou progressions continues, sans que pour cela cette probabilité puisse être évaluée en nombres ; sans qu’elle devienne une grandeur mesurable à la manière de la probabilité mathématique. Si l’on cherche à approfondir ce principe naïf ou cruel de l’ordre mis en avant par les spiritualistes, et qui rappelle un peu trop l’« ordre régnant à Varsovie, » il se transforme en celui d’une prétendue justice distributive. Cela ne signifie pas qu’il faille abandonner la planification. Ces six éléments clés sont incontournables pour les acteurs souhaitant s’engager dans cette démarche. L’outil des droits de votes doubles, créé par le « décret Florange », seul résidu de la « Loi Florange » promue à juste titre par Arnaud Montebourg, sera mobilisé pour faciliter la vente des actions détenues par l’État. Vous entendrez rarement un dirigeant ou un manager reconnaître qu’il est stressé, mais il n’hésitera pas à dire qu’il a été « limite burn out » ! Science et conscience sont, au fond, d’accord, pourvu qu’on envisage la conscience dans ses données les plus immédiates et la science dans ses aspirations les plus lointaines. Il faudrait pourtant s’entendre sur ce point. Cette objection a été écartée par Brown-Séquard lui-même 2 ; mais on pourrait en faire une autre, plus plausible. Quand on parle de « fausse reconnais­sance », ou devrait spécifier qu’il s’agit d’un processus qui ne contrefait pas réellement la reconnaissance vraie et qui n’en donne pas l’illusion. La dette elle-même est assimilable à une sorte de patate chaude que tout le monde tente de se refiler dans un « jeu de chaises musicales avant que la musique ne s’arrête », selon Keynes. Juste au-dessous, comme nous rasons une fenêtre du rez-de-chaussée : — « Regardez ! Jouant bien moins sur l’effet de levier que la France. Cela va affecter davantage leur niveau d’endettement dans les années à venir.

Share This: