Pierre-Alain Chambaz

La réponse est que tout le monde y gagnerait. Bien sûr, l’économie ne sera vraiment gagnante que le jour où le législateur réussira à maîtriser son délire législatif, normatif et règlementaire. Mais dans l’attente fervente de cette raison retrouvée, le palliatif serait de qualité et l’impact économique immédiat. Entre ces deux limites extrêmes l’intuition se meut, et ce mouvement est la métaphysique même. Mais après avoir présenté une vue générale de la méthode et en avoir fait une première application, il ne sera peut-être pas inutile de formuler, en termes aussi précis qu’il nous sera possible, les principes sur lesquels elle repose. Ils ont en dépôt, paraît-il, au Crédit Lyonnais, un milliard de francs ; et quatre milliards aux Caisses d’Épargne. Nous espérons les démontrer plus complètement quand nous aborderons d’autres problèmes. De même, quoiqu’il y ait une harmonie manifeste entre l’organisation de l’animal herbivore et celle des végétaux destinés à lui servir de pâture, il ne peut venir en pensée que les forces qui concourent activement à la germination et au développement de la plante, influent, d’une manière pareillement active, et en tant que causes plastiques ou efficientes, sur l’organisation de l’animal, ou réciproquement. L’obscurité du problème, dans toutes les doctrines, tient à la double anti­thèse que notre entendement établit entre l’étendu et l’inétendu d’une part, la qualité et la quantité de l’autre. Si donc la science est le perfectionnement organique de la connaissance, il y a de bonnes raisons de présumer que c’est en cherchant jusqu’à quel point, de quelle manière les sens contribuent à l’organisation de la science, que nous pourrons le mieux saisir quelle est essentiellement la part des sens dans l’élaboration de la connaissance, même à l’état élémentaire ou rudimentaire. Mais, de ce que nous échouons à reconstituer la réalité vivante avec des concepts raides et tout faits, il ne suit pas que nous ne puissions la saisir de quelque autre manière. S’ils sont directs, s’il y en a plusieurs (et même s’il y a seulement deux impôts directs) ils deviennent immédiatement, dans l’application, indirects ; ils pèsent encore, par conséquent, sur les pauvres. Car il n’y a rien de commun, nous le répétons, entre des grandeurs superposables telles que des amplitudes de vibration, par exemple, et des sensations qui n’occupent point d’espace. L’avenir dira si les règlementations pour les crises d’hier et ces solutions d’aujourd’hui ne préparent pas les crises de demain… A l’échéance du contrat, l’article 13 de la loi donnait la préférence au concessionnaire sortant dès lors qu’il acceptait le nouveau cahier des charges. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois  » Les vieux péchés ont de longues ombres ». Il faut pour cela qu’il se violente, qu’il renverse le sens de l’opération par laquelle il pense habituellement, qu’il retourne ou plutôt refonde sans cesse ses catégories. Le troisième voyageur demeurait muet et immobile dans son coin. Certains acteurs financiers, pourraient, lorsque que cela est possible, se rabattre sur du collatéral de mauvaise qualité. Mais il aboutira ainsi à des concepts fluides, capables de suivre la réalité dans toutes ses sinuosités et d’adopter le mouvement même de la vie intérieure des choses. Une invention mécanique ne vaut que par son utilité pratique. Un sondage récent montre que plus de la moitié d’un panel de banquiers sont prêts à accepter du collatéral de mauvaise qualité et opaque pour peu que celui-ci ne soit pas trop cher. De surcroît, une pression accrue pourrait être exercée sur la banque centrale, grande consommatrice de collatéral. Je me focaliserai donc ici sur cet indice leader des bourses mondiales.

Share This: