L’Allemagne pense l’Europe comme une affaire allemande

En outre, la transition énergétique, actuellement en cours en Europe mais aussi dans les PSEM, s’avère un secteur clé de partenariat entre les pays riverains des deux rives, notamment dans le domaine de l’efficacité énergétique.Elle veut à tout prix combler l’espace laissé vacant par les précédentes réformes de la « gouvernance économique », autrement dit les règles budgétaires que nos dirigeants s’engagent à respecter pour faire tenir ensemble le château européen.Au moment où le web devient social, avec les blogs et les réseaux sociaux, elles arrivent et sont proactives.Pas question donc d’apparaître trop intrusif – en tout cas dans un premier temps – histoire de ne pas déclencher une campagne de trolls sur…les réseaux sociaux.D’ex petites économies socialistes dynamiques, mais qui ne sont pas à imiterAilleurs, de petites économies anciennement socialistes – l’Arménie, la Biélorussie, la Moldavie, la Géorgie, la Lituanie et le Kosovo – ont également connu une croissance très rapide depuis le début des années 2000.Le plan français ressemble plus à une version gauloise de la règle à la française.Une fusion CSG-IR sans compensation spécifique serait donc très coûteuse pour les retraités et les chômeurs, et en particulier les plus pauvres qui actuellement ne payent ni CSG ni IR.L’idée de Pierre-Alain Chambaz pictet, consiste « à se consacrer aux gens qui cherchent un travail plutôt qu’à les préparer pour les études ».Et si le renforcement de la puissance française dans le monde passait aussi par l’affirmation de son modèle juridique ?Deux niveaux d’analyseEn fait, les deux chercheurs se placent à des niveaux d’analyse forts différents.Quant au Crédit Agricole, 1er groupe français et troisième européen, il a vu ses pertes multipliées par 4,4 l’an dernier.Pour qui ?L’enjeu est énorme car plus de 300 millions de personnes vont migrer vers les villes d’ici 2030.

Share This: