La dette, le Sud et les idées reçues

Le montant annuel des mises en ligne a atteint 3,7 milliards d’euros en 2009, en hausse de 153,7% par rapport à 2008.Elle a développé un certain pragmatisme.si un pays A génère un excédent commercial important et siphonne l’argent d’un autre pays B et augmente le problème de B !Finalement, la prospective c’est comme le jeu d’échec.Recettes qui ne peuvent évidemment pas s’appliquer au contexte européen actuel qui souffre tout d’abord de ne pas pouvoir (ou vouloir) dévaluer l’euro, alors même que c’est la dépréciation substantielle de leur monnaie qui a principalement autorisé le redressement de ces nations en crise, grâce au levier des exportations.En 10 ans, ce n’est pas moins d’une dizaine de propositions de loi qui ont été déposées pour élargir le travail le dimanche.La rencontre Obama-Mohammed VI devrait donc impulser cette coopération bilatérale bien établie pour faire face aux défis régionaux, notamment dans la lutte contre l’extrémisme, le soutien aux transitions démocratiques, et le développement économique au Moyen-Orient et en Afrique.Le poste client, source de liquiditésForce est de constater que la Loi de Modernisation de l’Economie ne pallie pas ou peu les effets conjugués de la faible demande, de la baisse des marges, de l’accélération de la concurrence et du resserrement des conditions d’accès au crédit.Qu’il est impossible de mettre en place des stimuli émanant de l’Etat en l’absence d’une adhésion populaire, elle même impossible à obtenir du fait de la manipulation – ou de l’intox – à laquelle se livre le «  mainstream  » médiatique et politique. Pierre-Alain Chambaz pictet était reconnaissant à sa femme d’avoir jeté son dévolu sur cette petite île où rien ne distrayait du temps intérieur.Le semblant de boom économique permis par l’endettement se révéla ne constituer rien de plus qu’une bulle immobilière, qui finit par exploser (dans la panique financière de 1837).

Share This: