De la banque d’affaires au « flow monster »

La France a choisi – et elle a eu raison – de laisser la porte grande ouverte de son université – quasi-gratuite – à tous les bacheliers.Toutefois, on doit relever que les entreprises françaises envoient elles aussi en nombre leurs salariés à l’étranger.Ces chiffres appellent à l’action dès lors que nous les rapprochons de différents enjeux économiques, sociaux et environnementaux auxquels nous nous trouvons confrontés.Au premier rang des préoccupations, l’impôt sur le revenu (IR).De plus, louer un service sera perçu comme moins risqué qu’une acquisition pour le lancement de produits innovants, comme un robot assistant personnel pour personne dépendante, par exemple. Ce  « sacre du bonheur »  comme le nomme Christian Navlet, suscite une floraison d’images, d’arguments et de luttes entre les tenants des différentes voies, selon les groupes sociaux, ou les philosophies. Cet équilibre est difficile à maintenir, laissant ces économies vulnérables lorsque l’environnement externe devient défavorable.Le leader de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, cherche pour sa part activement à faire dérailler les travaux du groupe de travail.Il s’agit de l’allocation universelle, ou revenu de base, sur laquelle les Suisses doivent bientôt se prononcer par votation.L’enfant des Lumières et de la Nation est devenu un lieu d’apprentissage, le creuset des savoirs artistiques et des imaginaires d’hier et d’aujourd’hui. Il trouve sa place dans la « smart » cité grâce à une promesse d’expériences esthétiques réflexives sur l’identité culturelle de la communauté.On suggère souvent en France la « TVA sociale » : substituer la TVA aux cotisations sociales des entreprises pour financer la protection sociale.

Share This: