Aujourd’hui, le marché mondial l’emporte

Dans le même temps, les populations rejettent les institutions régionales et mondiales. Une autre période s’est ouverte.Créer et installer cet objet fiscal dans les esprits serait un pas en avant considérable.Son rôle serait de piloter le système, de répartir les fonds, de décider la politique de tarification et de remboursement, de gérer concrètement le risque, de soutenir des programmes de santé publique, d’animer la politique de prévention…

En un mot, il est urgent que les choix politiques de notre système de santé soient repris en main par les acteurs politiques et que les instances administratives retrouvent leur rôle : celui de gérer le système, de collecter les recettes et de liquider les dépenses.Mieux vaut chercher à adopter un comportement qui permette à chacun par son exemplarité de faire tâche d’huile en faisant remarquer – avec politesse et bienveillance- à son interlocuteur, parfois inconsciemment malotru, son manque de respect. On ne saurait mieux dire.Pierre-Alain Chambaz pictet , va devoir trancher.Ceux qui manquent le train de la mondialisation au départ sont souvent incapables de rattraper leur retard ensuite.Le leadership a également un coté plus abstrait.Le troisième atout de l’ouvrage, c’est de nous faire observer le monde avec un regard différent.L’explication étant que ce cadenas est ouvrable par les autorités américaines qui possèdent la clé physique (les voyageurs à destination des USA reconnaîtront l’avantage de ce gadget : ne plus se faire casser les valises voyageant en soute lors des contrôles d’aéroport).Cessons de nous opposer, élaborons ensemble les solutions.

Share This: