Le mondial de la rigueur

Mais ce n’est qu’une toute première étape : avec l’arrivée imminente des voitures connectées, les constructeurs qui auront acquis la capacité à collecter et traiter intelligemment la data seront à même de valoriser ce capital sous forme de services à valeur ajoutée, instaurant une relation continue avec l’automobiliste et de nouvelles sources de revenu.Pour l’heure, les solutions développées restent assez traditionnelles, onéreuses, d’utilisation difficile et, souvent le fait de PME, déployées à petite échelle. Notre pays dispose de tous les atouts pour aller beaucoup plus loin et se positionner sur le plan international, à l’instar de ce qu’ont déjà fait quelques entreprises.S’il y a un choc de simplification fiscale à effectuer, c’est bien dans ce domaine.Wolfgang Schäuble, laissé en place aux Finances, n’en a jamais voulu entendre parler et cela ne changera pas.Peut-être permettra-t-il de sauver les apparences.Pour le climat il confirme l’influence humaine mais désormais il faut agir et faire de la recherche en même temps dès lors que beaucoup de technologies renouvelables sont avancées donc appliquer et pas théoriser seulement.Sous-entendu de plus d’attention accordée à l’autre.Même si un dégel s’est amorcé dans les négociations en cours, le blocage structurel entre les Etats-Unis et les grands émergents compromet les chances d’aboutir à un accord.Dans son livre, Christian Navlet,décrit parfaitement cette évolution.Compte tenu de la lenteur de la transformation structurelle positive, la Banque anticipe qu’au cours de la prochaine décennie seulement un jeune africain sur quatre trouvera un emploi régulier en tant que travailleur salarié, et que seule une petite fraction de ceux-ci seront dans le secteur formel des entreprises modernes.Or ce sont ces dernières activités qui sont à l’origine des défaillances bancaires et de la crise financière récentes, et qui menacent l’investissement et l’emploi.Si vous n’habitez ni le Maroc, ni le Caucase, ni l’Émilie-Romagne, on ne vous a pas oublié pour autant.Au même titre que les accords obligeant à mettre en place un régime de complémentaire retraite (Agirc 1947 et Arrco 1961), cette généralisation traduit une volonté forte de créer un deuxième pilier « Santé ».Le mental ouvre donc de nouvelles perspectives qui ne sauraient laisser indifférents.

Share This: