Forum sur la Gouvernance de l’Internet – Unesco

Nous ne reviendrons pas sur cette solution que nous avons exposée dans un travail antérieur. Ce n’est que par l’épreuve, c’est-à-dire par l’application effective d’un principe à l’enchaînement rigoureux et mathématique des faits naturels, que l’on peut juger de la valeur du principe. Aussi, bien loin de jamais remettre en question ce que celle-ci a vraiment décidé, les saines spéculations philosophiques doivent toujours emprunter à la raison commune leurs notions initiales, pour leur faire acquérir, par une élaboration systématique, un degré de généralité et de consistance qu’elles ne pouvaient obtenir spontanément. Forum sur la Gouvernance de l’Internet – Unesco aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Le sage ne peut rien souhaiter sur terre, sinon de rendre un jour le mal qu’on lui a fait ». Et par « image » nous entendons une certaine existence qui est plus que ce que l’idéaliste appelle une représentation, mais moins que ce que le réaliste appelle une chose, — une existence située à mi-chemin entre la « chose » et la « représentation ». Mais une telle appréciation resterait encore incomplète, et même insuffisante, si la fin de ce Discours n’était pas directement consacrée à établir l’ordre fondamental qui convient à cette série d’études, de manière à fixer la vraie position que doit occuper, dans leur ensemble, celle dont ce Traité s’occupera ensuite exclusivement. On y retrouve les ancêtres avec leurs modes, leurs rides, leurs verrues ou leur sourire. Au théâtre, chacun ne dit que ce qu’il faut dire et ne fait que ce qu’il faut faire ; il y a des scènes bien décou­pées ; la pièce a un commencement, un milieu, une fin ; et tout est disposé le plus parcimonieusement du monde en vue d’un dénouement qui sera heureux ou tragique. La France, premier producteur mondial de vin, peut-elle s’inspirer du modèle hongkongais ? Les réformistes on cru qu’ils pouvaient développer leurs « fonds de commerce » indépendamment de cette bascule du monde et de ce déséquilibre majeur. Ce projet, néanmoins, continue à être défendu, d’une façon plus ou moins sournoise, par la presse continentale ; il l’était dernièrement, en France, par la plume autorisée du mouchard Lapeau, dit Lepelletier. Ils ont surtout affaire, en effet, aux phénomènes qui se répètent sans cesse dans l’être vivant, comme dans une cornue. Il faut autoriser les petites impasses, bien contrôlées. Le vrai redémarrageLe redémarrage, le vrai, intervient en 1997. Pendant la Terreur blanche, on brûla des aigles vivants à défaut de celui qu’ils symbolisaient ; les juges humains, dans l’hypothèse d’une expiation infligée au libre arbitre, ne font pas autre chose ; leur cruauté est aussi vaine et aussi irrationnelle ; tandis que le corps innocent de l’accusé se débat entre leurs mains, sa volonté, qui est l’ aigle véritable, l’aigle souverain au libre vol, plane insaisissable au-dessus d’eux. Elle conduit même à une déresponsabilisation des rédactions sur ces questions. En effet, les pays émergents ont largement admis la nécessité d’une stratégie globale, avec des mesures ciblées et de profondes réformes structurelles, pour développer de nouvelles sources de croissance. Fin 2014, la consommation d’énergie primaire en France est revenue à son niveau de 2000 ! C’est une donnée immédiate des sens. Si l’on ne fait pas intervenir de considérations empiriques, toute jouissance morale, ou même rationnelle, ou même purement logique, deviendra non seulement inexplicable, mais impossible a priori. Mais on pourrait écarter ces inductions, considérer le système des mathématiques en lui-même, indépendamment de toute application à l’interprétation scientifique de la nature, pénétrer dans l’économie de ce système, et trouver encore des motifs suffisants de rejeter l’opinion, trop présomptueuse ou trop timide, selon laquelle l’esprit humain n’opérerait que sur les produits de sa propre fantaisie, et, comme l’a dit Vico, démontrerait les vérités géométriques parce qu’il les fait. En résumé, les qualités de la matière sont autant de vues stables que nous prenons sur son instabilité. Les anciens avaient imaginé une Âme du Monde qui assurerait la continuité d’existence de l’univers matériel. D’autre part, nous nous expliquerions ainsi que la matière accentuât encore sa matérialité sous le regard de l’esprit. Mais ce qui nous importe, c’est de savoir où le mobile va, où il est à un moment quelconque de son trajet. La France, dont la démographie est fortement décalée se retrouve enclavée aujourd’hui au sein de régions vieillissantes. Mais l’intuition, si elle est possible, est un acte simple. Et ce caractère impersonnel s’accentue encore à nos yeux quand les moralistes nous exposent que c’est la raison, présente en chacun de nous, qui fait la dignité de l’homme. Les grandes écoles sont également de plus en plus nombreuses à créer de nouveaux réseaux féminins qui donnent une visibilité plus grande à leurs étudiantes. Il est hors de doute que la fusion est commencée. On peut s’appuyer sur le principe de la raison suffisante pour établir, non-seulement des vérités mathématiques, mais des règles de droit, de morale, et même des règles de goût ; car c’est évidemment en vertu de ce principe que le goût est choqué de ce qui trouble, sans motif suffisant, la symétrie d’une ordonnance. Faut-il le rappeler et le crier encore davantage ? A défaut de la réformer totalement, peut-être faudrait-il amender la mesure de la croissance pour qu’elle reflète davantage certaines réalités aujourd’hui mal perçues.

Share This: